Le Floridien.com
ABOUT US AD RATES MEDIA KIT CONTACT US PLACE an AD OUR ADVERTISERS OLD ISSUES
ACCUEIL / HOME HAITI-ACTUALITE COMMUNITY NEWS CULTURE SPORTS COMMUNAUTE EDITORIAL


Haïti-Investiture : Jovenel Moïse, le nouveau président prend fonction ; un premier discours plein de promesses
February 16, 2017 | 1h35 PM ET




Par Dessalines Ferdinand

PORT-AU-PRINCE -- Une page se tourne en Haïti avec la passation de pouvoir qui a eu lieu, ce mardi 7 février 2017 au matin, entre le président provisoire sortant Jocelerme Privert et le nouveau maître du pays, Jovenel Moïse, élu officiellement le 3 janvier avec 55,60% des suffrages au premier tour du scrutin qui s'est tenu le 20 novembre, selon les résultats définitifs publiés par le Conseil électoral Provisoire (CEP).

Les différentes cérémonies marquant l'investiture du président Jovenel Moïse se sont déroulées dans le calme en trois étapes. Le nouveau couple présidentiel a quitté sa résidence à Pèlerin 5 (haut Pétion-Ville), peu après 8h du matin dans un cortège composé de cinq motocyclistes et d'une dizaine de véhicules, sous les applaudissements des résidents du quartier, pour se rendre d'abord au parlement haïtien, au Bicentenaire. Des résidents-partisans du nouveau président s'étaient mobilisés les jours précédents pour assainir le quartier allègrement décoré pour l'occasion.

La circulation a été bloquée sur la route de Kenscoff par des policiers, le court temps de la sortie du cortège, ont observé des confrères sur place. L'administration publique et les écoles ont chômé ce mardi 7 février à l'occasion de la prestation de serment de Monsieur Jovenel MOÏSE comme Président de la République. Ce qui a favorisé une circulation d'automobile nettement fluide ce jour-là dans la capitale Port-au-Prince.

En effet, c'est accompagné de son épouse Marie Étienne Martine Joseph Moïse, vêtue d'une robe aux couleurs du bicolore haïtien, symbolisant à la fois courage, victoire, et dynamisme, que le 58è chef d'état a fait sa rentrée vers 9h 15 du matin au parlement haïtien pour la première manche des cérémonies marquant son investiture. Ce fut le moment le plus attendu.

Durant cette séance spéciale en assemblée nationale au parlement, 17 sénateurs et 103 députés ont répondu présents à l'appel nominal, ce qui a constitué le quorum dans les deux chambres pour accueillir la prestation de serment du nouveau président. Pas moins de quatre parlementaires pro-lavalas [les sénateurs Nenel Cassy, Evaliere Beauplan, Antonio Chéramy dit Don Kato, et Ricard Pierre] ont brillé par leur absence, lors de cette cérémonie qui s'est déroulée en présence des membres du corps diplomatique d'anciens présidents ainsi que des ex chefs de gouvernement.

Dans son discours de circonstance, tout en qualifiant d'historique la prestation de serment de Jovenel Moïse, le président du parlement Youri Latortue a cependant dressé un tableau sombre de la situation actuelle du pays, non sans souligner l'énorme tâche qui attend le nouveau locataire du palais national.

Pour le représentant du département de l'Artibonite au Grand corps, "Tout est prioritaire et urgent ". Latortue cite notamment les questions liées à la corruption, dont il appelle M. Moïse à une lutte sans merci, ce pour le bon fonctionnement des institutions. L'ancien militaire dit espérer un retrait progressif de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) parce que les Haïtiens, selon lui, sont prêts à assumer leur responsabilité.

Après l'ouverture de l'Assemblée Nationale, M. Latortue demanda au service de protocole d'aller chercher le président élu Jovenel Moïse, accompagné de son épouse Martine Moïse, qui ont été conduits dans l'enceinte de la salle par une délégation de trois parlementaires. Ensuite, ce fut le tour du président provisoire sortant, Jocelerme Privert, accompagné de la Première Dame de la République, Ginette Michaud Privert, de faire leur rentrée, eux aussi, sous les ovations de la salle.

Après les arrivées ponctuées de salutations d'usage, et de l'exécution de l'hymne présidentiel, la séance solennelle a été reprise avec la lecture de l'Acte de la Proclamation des résultats définitifs des Élections Présidentielles du 20 novembre 2016.

Jovenel Moïse prête serment sur la Constitution

Par la suite, le Président de l'Assemblée Nationale Youri Latortue invita le Président Provisoire Jocelerme Privert à s'approcher du Bureau constitué pour la remise de l'écharpe présidentielle. Celle-ci va être déposée désormais au Musée du panthéon national haïtien (Mupanah). Le sénateur Latortue demanda ensuite au tout nouveau président élu de gravir la tribune pour sa prestation de serment constitutionnel.

Veste bleu, chemise blanche et cravate rouge, à la tribune de l'Assemblée Nationale, la main droite levée, la main gauche placée sur la constitution, Jovenel Moïse a "juré solennellement de respecter et de faire respecter fidèlement la Constitution et les Lois de la République, de respecter et de faire respecter les droits du peuple haïtien, de travailler à la grandeur de la patrie, de maintenir l'indépendance nationale et l'intégrité du territoire."

Le nouveau président a en effet reçu à 9hr 29 l'écharpe présidentielle des mains du président de l'assemblée nationale. L'homme d'affaires de 48 ans a esquissé un léger sourire quand le sénateur lui a glissé l'écharpe présidentielle aux couleurs d'Haïti par-dessus son épaule droite, avant d'embrasser son épouse, nouvelle Première dame, et serrer la main des membres du bureau.

Offrande florale au MUPANAH

Pour la deuxième étape de ses cérémonies d'investiture, le nouveau président s'est rendu au Musée du Panthéon National Haïtien (MUPANAH). Le couple présidentiel a été accueilli à son arrivée par la directrice de cette institution, Michèle Frich. Ils étaient accompagnés du chef de la Police Mikerlange Gédéon et du président de l'Assemblée nationale, le sénateur Youri Latortue.

Après la présentation de l'offrande florale et la sonnerie au mort pour saluer les héros qui ont offert au pays son indépendance, le chef de l'État a visité les différentes galeries du musée, pour se replonger dans l'histoire profonde de la Première république noire du nouveau Monde.

À la fin de sa visite, M. Moïse a signé le livre d'or du Musée qui renferme les signatures des illustres personnages qui ont dirigé le pays, ainsi que les étrangers qui ont visité Haïti.

L'air du Champs-de-mars où se trouvent le palais national et le MUPANAH était hautement sécurisé par plusieurs unités de la Police Nationale d'Haïti (PNH) ; incluant CIMO, SWAT et UDMO. Plusieurs milliers de curieux - membres de la population amassés devant le palais - pouvaient suivre l'événement en direct sur trois géants écrans dressés sur la grande cour de la façade nord du palais.

Te Deum au Palais national

Fait inhabituel, le TE DEUM a eu lieu sur la grande cour du palais national. Le célébrant officiel, le cardinal Chibly Langlois a exhorté le nouveau président à se mettre au service de de la population au lieu d'aller jouir le pouvoir avec ses proches, sans se pencher sur les problèmes cruciaux dont fait face le peuple toujours souffrant. En ce sens, le président de la conférence épiscopale souhaite que le 58è président aille travailler dans une direction qui aura permis aux populations de bénéficier des services de base.

Langlois, sans langue de bois, exhorte aussi Jovenel Moïse à être le président de toutes et de tous, surtout des plus pauvres et des plus vulnérables.

" La charge dont vous êtes investie, exige que vous travailliez inlassablement à la construction d'une Haïti que nous appelons de tous nos vœux, celle que nous voulons léguer aux futures générations. Une Haïti axée sur les valeurs inaliénables de la personne humaine, une Haïti qui regarde son avenir avec confiance et se bat pour un lendemain meilleur. Nous vous assurons Excellence Monsieur le président de la république, que dans vos efforts pour servir loyalement notre cher pays, vous pouvez compter sur l'apport de l'église qui a accompagné dès le début la vie de cette nation et qui aujourd'hui renouvelle son engagement ainsi que sa volonté de servir la grande cause de l'Haïtien : l'édification d'une Haïtienne souveraine, prospère et démocratique," a dit entre autres le président de la conférence épiscopale dans son adresse au nouveau président.

Avril, Préval, Martelly présents

Outre le président sortant Jocelerme Privert, trois anciens chefs étaient sur place : Michel Joseph Martelly (2011-2016), René Préval (1996-2001 et 2006-2011) et Prosper Avril (1998-1990). De nombreux officiels du gouvernement, dont des ministres, ont également assisté à la prestation de serment au palais national. Tous ces anciens chefs d'état étaient accompagnés de leur épouse respective.

Clarens Renois, Jacques Sampeur, Jean Henry Ceant, sont les rares candidats malheureux aux élections présidentielles de novembre 2016 ayant pris part à cette cérémonie de prestation de serment. Faut-il aussi noter que l'ancien porte-parole de la présidence sous le régime de Michel Martelly, Lucien Jurat, et la directrice de la bibliothèque nationale, Emmelie Prophète, étaient les Maîtres de cérémonie.

De nombreuses délégations étrangères ont répondu présent

Le Président dominicain Danilo Medina, accompagné d'une délégation composée de son ministre des Affaires étrangères Miguel Vargas, celui chargé de l'administration de la présidence Jose Ramon Peralta et du chef de la Sécurité présidentielle le général Adam Caceres, a assisté à l'investiture de M. Moïse.

Le nouveau président américain Donald Trump n'a pas fait le déplacement pour Port-au-Prince, mais a tenu à envoyer une délégation de quatre membres conduite par Thomas A. Shannon Jr., sous-secrétaire aux Affaires politiques du Département d'État. Peter F. Mulrean, l'ambassadeur des États-Unis en Haïti; Omarosa Manigault, adjointe au président et directeur des communications du bureau de liaison publique de la Maison Blanche et Kenneth Merten, secrétaire principal adjoint des affaires de l'hémisphère occidental et coordonnateur spécial d'Haïti (ancien ambassadeur des États-Unis en Haïti), complétaient la délégation américaine.

Plusieurs autres pays, comme l'Equateur, le Venezuela, le Maroc et Cuba s'étaient faits représentés à la cérémonie d'investiture du nouveau président haïtien.

Des élus haitiano-américains, venant pour la plupart de la Floride, dont le maire de la ville de North Miami, Dr. Smith Joseph, le vice-maire Alix Desulmé, la nouvelle sénatrice Daphne Durant Campbell, avaient fait le déplacement pour l'occasion. Des délégations d'invités de la diaspora, venues particulièrement de la Floride, d'Atlanta, de New York, de Boston, du Canada, ont également marqué cette investiture par leur présence.

L'événement a reçu une grande couverture des médias internationaux avec la présence remarqué des journalistes de nombreux medias étrangers, dont, Agence France-Presse et NBC6 Miami et Local 10 News Miami.

Premier discours comme chef de l'État

Dans son premier discours comme chef de l'État, Jovenel Moïse a, tout d'abord, tenu à remercier sa femme, ses enfants, sa famille politique du Parti haïtien Tèt Kale (PHTK), tous ceux et celles qui lui ont supporté, tout au long des vingt-deux mois de campagne. Plus loin, Moïse s'est particulièrement montré très reconnaissant envers l'homme qui a eu l'audace de le propulser sur le devant de la scène politique à un moment où il était un illustre inconnu du milieu : l'ancien président Michel Martelly, qui a joué un grand rôle dans son accession à la présidence d'Haïti.

Le nouveau président qui a surtout appelé à l'unité nationale, jure de préserver les acquis démocratiques. Des mots qui prennent un sens particulier après que le pays eût plongé dans une longue et tumultueuse période électorale de près de deux ans.

"Nous pouvons changer Haïti si nous travaillons ensemble", a dit M. Moïse sous les applaudissements nourris d'une bonne partie de l'assistance réunie sur la cour du palais national, détruit en janvier 2010 par un séisme dévastateur, où étaient érigées cinq grandes tribunes pour la circonstance, incapables malheureusement d'accueillir les 2805 personnes invitées à y prendre part. Plusieurs parlementaires et autres invités de marque, faute de trouver un siège, avaient dû rebrousser chemin. Les énormes failles du protocole des cérémonies d'investiture du nouveau président étaient bien visibles.

De nombreuses promesses

Le premier discours du président de la République ne manque pas de promesses. Priorité à l'Éducation, au développement économique, à la reconstruction, ce sont en substance les grands objectifs que s'est fixé Jovenel Moise.

"Nous allons mettre en valeur et cultiver les terres disponibles, construire les routes, les ponts, le réseau électrique national muni d'un réseau de fibre optique, édifier des écoles, des dispensaires et des hôpitaux", a indiqué le nouveau locataire du Palais national qui promet également de travailler de façon à rendre possible le retour au pays natal des membres de la diaspora désireux à y investir. Pour cela, précise-t-il, "nous allons mettre en place les structures nécessaires capables de faciliter leur intégration et de garantir leur investissement."

M. Moïse a aussi promis de renforcer les institutions, de combattre la corruption et de contribuer à plus d'investissements et d'emplois dans le pays. Cependant le nouveau maître des lieux n'a donné moindres détails sur les moyens d'y parvenir. Le nouveau chef des lieux ne se soucie guère des moyens et des ressources limitées dont il dispose.

Âgé de 48 ans, connu pour être un grand exportateur de bananes, d'où le surnom de "Nèg Bannann nan", Moïse a ainsi indiqué qu'il accordera une attention particulière à la campagne haïtienne, où près de 80 pour cent des ménages dépendent de l'agriculture. Le 58è président promet de "véritables améliorations" dans les secteurs ruraux négligés, selon lui, depuis longtemps.

Reconnaissant que le pays fait face depuis longtemps à un problème de gouvernance, le 58è président a fait savoir que le temps est venu pour "conjuguer intégrité, moralité, mérite, ordre et discipline."

Face à la nation, Jovenel Moïse a pris un fort engagement pour annoncer une justice pour tous, déclarant : " Sous mon administration, plus jamais la justice et les institutions haïtiennes ne pourront être instrumentalisées à des fins de persécutions politiques". Des propos qui ont été accueillis par les vivats de la foule.

Plus loin dans son premier discours, le nouveau président a plaidé en faveur de la relance de l'industrie touristique dans l'optique de créer des emplois. "Je m'engage à vous dire que les 700 000 touristes qui visitent la région Nord chaque année vont se rendre à la Citadelle La Ferrière pour effectuer des dépenses ", a-t-il déclaré, soulignant qu'il va mettre en valeur les sites touristiques éparpillés un peu partout dans le pays.

Cependant, de l'avis de plusieurs analystes politiques, le discours du nouveau président est un peu flou, et même contradictoire sur certains points. On reproche déjà au président Moïse de faire de nombreuses promesses qui tendent à réformer le pays sans pour autant donner des précisions sur le financement de sa politique.

Espoir et renouveau ?

Sans la moindre expérience politique, Jovenel Moïse symbolise pour bon nombre de citoyens l'espoir et le renouveau, comme à l'arrivée au pouvoir de chaque nouveau président. Néanmoins plusieurs observateurs se montrent un peu pessimistes quant à la chance de voir le nouveau président résoudre les grands défis auxquels fait face le pays depuis des décennies. Pour cette catégorie, Jovenel Moïse devra faire de tout son possible pour relancer l'économie en Haïti. Une autre catégorie croit tout de même que l'homme d'affaires devenu politicien pourrait réaliser des avancées importantes avec sa majorité au Parlement.

Jovenel Moïse a récolté 55 pour cent des voix lors du scrutin présidentiel du 20 novembre 2016. Mais le taux de participation qui a atteint à peine 20 pour cent fragilise dans une certaine mesure la légitimité de son mandat de cinq ans.

À l'issue de la journée, le nouveau président de la République a rencontré les membres des différentes délégations étrangères au Musée du Panthéon National Haïtien (MUPANAH) autour d'un dîner.

Moïse devrait choisir un premier ministre au cours des prochains jours. Des consultations sont en cours, depuis le mercredi 8 février, entre le nouveau chef d'État et les présidents du sénat et de la chambre des députés, respectivement, Youri Latortue et Cholzer Chancy autour de la désignation de ce nouveau chef de gouvernement. Des noms de plusieurs personnalités sont cités pour occuper le poste tant convoité, sans qu'aucune confirmation n'ait été obtenue.

DESSALINES FERDINAND
Port-au-Prince, Mercredi 8 février 2017










HOME PAGE


Home

Home

Home

Home


Home


LE FLORIDIEN e-version
Vol.17 No.381 | February 16 - 28, 2017

Description: Page couverture

"NOS ANCIENNES EDITIONS (pdf)"

><br>
  <br><br><br><br>
 </A></div>
  </b> <br>
 
  
  <br>
  </center>  
        
      </p>
</div><br><br><br>
  
 <img border=0 src=




MADAME GOUGOUSSE HAITI CUP 2016
Dimanche 22 Mai 2016 / FIU North Stadium

Home





L’ACTUALITÉ EN VIDÉO


Vol inaugural de la American Airlines Miami vers Cap-Haïtien le jeudi 2 octobre 2014.


Home Haïti-Politique Florida Politic Culture Sports Communauté Editorial Haitian News

To contact us, please call (305)-610-7481 Thanks for visiting Le Floridien Newspaper


 

This site is progressively updated. Copyright 2013 Le Floridien Inc. All rights reserved - 2013   |  Tous droits réservés