Le Floridien.com
ABOUT US AD RATES MEDIA KIT CONTACT US PLACE an AD OUR ADVERTISERS OLD ISSUES
ACCUEIL / HOME HAITI-ACTUALITE COMMUNITY NEWS CULTURE SPORTS COMMUNAUTE EDITORIAL


L'affaire 'Nou pa Egare': une histoire d'argent, de musique et de décadence
Richie et Pipo critiqués pour leurs liens avec Dread Shoudly
16 octobre 2017 | 9h32 PM ET


MIAMI -- 'Nou Pa Egare', c'est incontestablement le slogan à la mode en ce moment, repris aussi bien par les internautes haïtiens sur les réseaux sociaux que dans les conversations journalières entre amis, comme pour davantage se moquer d'Emmanuel Lemite, mieux connu sous le sobriquet de 'Dread Shoudly', récemment arrêté puis libéré sous caution ($5,000.00) pour son implication présumée dans le trafic de stupéfiants.

Mais au-delà de ses démêlés avec la justice, il s'est surtout distingué pour avoir été à l'origine, volontairement ou pas, d'un épiphénomène qui commence à faire tache d'huile dans les communautés haïtiennes en diaspora et en Haïti. Retour sur un feuilleton qui n'en est qu'à ses préludes et dont les tenants et aboutissants restent encore flous.

Dread Shoudly fait effectivement partie d'un groupe de 17 personnes, dont plusieurs membres d'une même famille, qui, selon les autorités de Long Island, font face à différents chefs d'accusation pour leur rôle présumé dans un réseau de trafic de cocaïne et d'héroïne qui opérait dans le comté de Nassau. Plusieurs des personnes arrêtées figurant dans l'acte d'accusation ont comparu devant le tribunal de Mineola la matinée du mardi 9 octobre et ont toutes plaidé non coupables.

Les procureurs ont révélé que l'enquête a dû se baser sur une vaste opération d'écoute électronique pour pouvoir démanteler le réseau, dont les ramifications s'étendaient jusqu'au Maryland et Syracuse.

Si 'Nou Pa Egare' était un slogan déjà bien connu dans le jargon haïtien, Dread Shoudly l'a récemment popularisé dans presque toutes les sphères de la société haïtienne.


En effet, dans la lignée des 'm'as-tu-vu' avides de notoriété, Dread Shoudly a su se construire une réputation sulfureuse sur les réseaux sociaux, plus particulièrement sur Facebook et WhatsApp où ses affidés virtuels l'encensent en permanence. Ainsi, à travers de nombreuses vidéos postées, cet ancien résident du quartier de Bas-Peu-de-Chose à Port-au-Prince, visiblement captivé, préoccupé, et obsédé par le luxe, ne manque pas d'étaler ses richesses supposées ou réelles.

Jouissant d'une popularité apparente dans le milieu compas à New-York jusqu'au mois dernier, Dread Shoudly est devenu en peu de temps la personnalité la plus populaire parmi ses frères et sœurs haïtiens. Son arrestation médiatisée et la magie du net faisant office de caisse de résonnance à cette 'célébrité' soudaine. Il est en effet de notoriété que Dread Shoudly affectionne tout particulièrement la toile qui lui permet de s'exhiber sous toutes les coutures à moindre frais.

" Nou pa egare, jye nou pa nan deyè nou… Men bagay ! Men bagay ! Men bagay ! (traduction française : Nous ne sommes pas stupides… vous avez des yeux pour voir toutes ces belles choses que je possède ! " comme il se plaît à fanfaronner dans ses 'vidéos m'as-tu-vu', tantôt exhibant une montre Rolex (Prix $40,000.00 pour les authentiques), tantôt montrant un basket Christian Louboutin (vendu à $1,300.00 environ), tantôt s'exhibant dans un immeuble qu'il dit posséder à Manhattan (vrai ou faux?).

Dans une autre vidéo tout aussi tape-à-l'oeil, Dread Shoudly expose des véhicules de luxe garés dans la grande cour de ce qui apparaît comme étant une villa qu'il possèderait dans le quartier huppé de Long Island (État de New York).

Âgé de 38 ans et père de trois enfants, Dread Shoudly, qui semble avoir des liens étroits avec de nombreux musiciens du monde compas, est considéré comme un bon vivant qui aime faire la fête. Dans une énième vidéo, on le voit d'ailleurs accompagné de quelques-uns de ses proches associés roulant à bord d'un minibus Mercedes en route pour une soirée du groupe Klass à Brooklyn (selon ses dires), exhibant des bouteilles de cognac haut de gamme et invitant ses amis à venir le rejoindre.

L'homme au style tapageur a aussi posté une mise en scène où il fait étalage, à la manière du boxeur millionnaire américain Floyd Mayweather, de plusieurs liasses de billets sur une table dans un club de striptease (difficile toutefois de savoir si tous les billets placés en dessous étaient aussi des unités de $100 américains).

Faut-il également souligner que Dread Shoudly ne semble pas porter en odeur de sainteté ceux qui se dressent sur son chemin, lui qui s'est autoproclamé boss, c'est-à-dire un gangster qui contrôle toute une zone. Dans une vidéo révélatrice, il s'en prenait à quelqu'un pour non-respect à son égard et à son nouveau statut de " Big boss " incontournable.


Les musiciens Richie et Pipo critiqués pour leurs liens avec Dread Shoudly

Mais la plus surprenante et choquante des vidéos, qui a aussi fait le plus grand buzz sur les réseaux sociaux, est celle-là même où l'on aperçoit Dread Shoudly arriver en grande pompe au volant d'une voiture Rolls-Royce Phamtoms dans un night-club, au son de la trompette et en compagnie d'un associé assis à l'avant et de deux musiciens du groupe Klass, le maestro-batteur Richard Jean Herard aka Richie et le chanteur principal Edersse 'Pipo' Stanis, assis sur les sièges arrière.

" Dread Shoudly afè pam, zanmi pam tout tan for life,… Men maestro m lan ! Epi men Chantè moman an! Pi Gro Sipèsta ki gen la… nan moman sa la ! " Et le chanteur Pipo de répondre : " Anmweyyyy... Anmweyyyy...", comme pour appuyer les dires de celui qui filmait cette séance de 'show-off'.

Cette séquence assez embarrassante pour ces deux membres du groupe Klass remet en question le degré de moralité de certains musiciens de l'industrie compas. On se demande " si jye mizisyen sa yo se nan dèyè yo yo ye ". Car, n'avaient-ils (Richie et Pipo) jamais pris le temps de s'interroger sur le mode de vie glamour et suspect de cet homme (Dread Shoudly) qui, selon toute vraisemblance et d'après plusieurs sources fiables, serait réputé depuis des années comme étant un élément se livrant aux activités douteuses.

Le point de vue d'un avocat

Un homme de loi ayant requis l'anonymat, contacté par le journal pour savoir si l'arrestation de ce grand fan et supporter du 'konpa dirèk' pouvait porter préjudice aux deux musiciens en question ou à d'autres membres du secteur compas devant la justice américaine, nous a fait savoir que cela dépendait du genre de relation qu'ils entretiennent. Il est à espérer que les liens entre ces musiciens de la formation Klass et le présumé trafiquant ne dépassent pas le cadre des activités relatives à la musique.

" Il y a ce qu'on appelle la présomption d'innocence. Contrairement à ce que la plupart croient, aux États-Unis, le principe du "innocent until proven guilty" est reconnu : par conséquent, ce 'Dread Shoudly' est considéré par défaut comme innocent jusqu'à ce que l'accusation prouve sa culpabilité. Cette accusation est incarnée par le procureur et ses adjoints. En général, les accusés, sauf les prévenus particulièrement dangereux, sont remis en liberté moyennant une caution proportionnelle à leurs revenus. D'après ce qu'on m'a rapporté, seulement deux personnes (Lyonel Beaubrun, 41, et Kervin Etienne, 36) sur les douze arrêtées jusque-là n'auraient pas retrouvé leur liberté sous caution. Ces deux détenus venaient juste de sortir de la prison. Je dois souligner que Dread Shoudly serait candidat pour retourner vivre dans son pays natal Haïti s'il venait à être condamné pour trafic de drogue. En effet, certains murmures affirment qu'il ne jouirait pas d'un statut légal aux États-Unis, " nous explique notre interlocuteur.

"J'ai eu la chance de visionner quelques-unes de ces vidéos, c'est assez amusant tout de même pour certains (rires). À première vue, il faut dire que ce monsieur est un entertainer/blagueur en quelque sorte. Rien n'est dit que tout ce qu'il étale et raconte sur les réseaux sociaux est vrai. Comment peut-on être certain qu'il possède un immeuble à Manhattan ? Cette vidéo est particulièrement faussée. En plus, quelle est cette affaire comme quoi la Chaîne de télévision ABC allait l'interviewer sur l'achat de l'immeuble ? La montre Rolex peut être authentique certes, mais il semblerait que les perles de 'diamants' y sont accolées, à bien analyser. Deux ou trois amis peuvent tout aussi bien cotiser pour louer une voiture Rolls Royce, qui coute environ $2,000 par jour ici à Miami. Si Dread Shoudly a de grandes connexions, il faut comprendre qu'un ami pourrait très bien lui prêter un tel véhicule pour aller parader au bal le temps d'une soirée. Concernant la vidéo où Monsieur Lemite vante ses nombreux véhicules, là encore il faudrait vérifier que tout soit enregistré en son nom personnel. Quant à ses 'vêtements couteux', ses paires de chaussures et autres articles apparemment de valeur qu'il a exhibés, il est difficile de prouver leur authenticité à travers une simple vidéo. Il faut ajouter qu'il peut toujours aller dans une boutique de luxe pour faire des vidéos avec des articles de valeur, " analyse l'homme de loi.

Pour conclure : " il faut avouer que la vidéo dans laquelle le présumé trafiquant de drogue s'affiche avec les deux musiciens (Richie et Pipo) est de nature à nuire à leur réputation, d'un point de vue social. C'est un peu embarrassant pour ces figures connues du monde compas dans le contexte actuel. Mais toujours est-il, ce sont des preuves irréfutables qui comptent pour la justice américaine. Un membre proche de ta famille peut être un dealer de drogue sans que tu n'aies le moindre soupçon de ses activités illégales. À mon avis, Richie et Pipo ont commis une fausse note en paradant ainsi avec le présumé dealer de drogue. Cependant, il faut préciser que le fait que ces deux camarades de scène soient montés à bord d'un véhicule piloté par ce Dread Shoudly ne les implique pas automatiquement dans ses activités illicites. Je veux croire que ces deux membres du groupe Klass ne sont pas les seuls à s'exhiber avec des personnalités peu fréquentables de la trempe de Dread Shoudly. Évidemment, si Richie et Pipo avaient des soupçons sur cet homme de Long Island, ils devaient éviter de trop parader avec lui en public, car un ancien membre de la direction administrative du groupe Klass est actuellement emprisonné pour trafic de stupéfiant. Aux yeux du grand public, Klass peut être désormais perçu comme étant le groupe compas actuel qui s'associe le plus avec des gens aux réputations douteuses, comme ce fut le cas dans le passé pour plusieurs autres formations.

L'image de l'industrie compas salie à nouveau

Avec l'affaire 'Nou Pa Egare' de Dread Shoudly, l'image de l'industrie compas en général et celle du groupe Klass en particulier vient d'être à nouveau salie. À un moment où la cote de Klass commence à battre de l'aile, cette affaire tombe au plus mal et pourrait accentuer sa baisse de popularité si ce n'est précipiter sa chute au plus bas de l'échelle.

À une époque où la cupidité et la vanité font de l'ombre à l'intégrité et à la sagesse, où les valeurs morales s'érodent chaque jour un peu plus, il est fort à parier que cette affaire sera vite classée dans les méandres de l'oubli pour laisser place à d'autres faits divers toujours plus croustillants. Ainsi le maestro-batteur (Richie) et le chanteur principal (Pipo) de la formation KLASS pourront retrouver leur sérénité après des jours mouvementées. Les deux populaires musiciens dans le monde haïtien étant sévèrement critiqués, plus particulièrement par les internautes sur les réseaux sociaux pour leurs liens avec le présumé dealer de drogue. Espérons que la leçon soit retenue afin que d'autres controverses ne viennent pas ternir l'image de l'industrie compas déjà mise à mal ces dernières années.

Malheureusement, au train où vont les choses, il est fort à craindre que l'affaire Dread Shoudly ne soit pas la dernière du genre. Ainsi, il ne faudra pas être surpris si les autorités fédérales américaines arrivent à démanteler un autre réseau de trafic de drogue avec des membres qui ont des ramifications dans le secteur musical haïtien, pour la simple et bonne raison : " Nan Indistri konpa a, move zafè, se sa ki pa manke ! "

D. Ferdinand/Le Floridien
10 octobre 2017







HOME PAGE




Home

Home

Home


Home


LE FLORIDIEN e-version
Vol.17 No.396 | October 16 - 31, 2017

Description: Page couverture

"NOS ANCIENNES EDITIONS (pdf)"

><br>
  <br><br><br><br>
 </A></div>
  </b> <br>
 
  
  <br>
  </center>  
        
      </p>
</div><br><br><br>
  
 <img border=0 src=




MADAME GOUGOUSSE HAITI CUP 2016
Dimanche 22 Mai 2016 / FIU North Stadium

Home





L’ACTUALITÉ EN VIDÉO


Vol inaugural de la American Airlines Miami vers Cap-Haïtien le jeudi 2 octobre 2014.


Home Haïti-Politique Florida Politic Culture Sports Communauté Editorial Haitian News

To contact us, please call (305)-610-7481 Thanks for visiting Le Floridien Newspaper


 

This site is progressively updated. Copyright 2013 Le Floridien Inc. All rights reserved - 2013   |  Tous droits réservés