Un éminent pédiatre et cardiologue d’origine haïtienne, le Dr Jean Claude Fouron, reçoit l’une des plus hautes distinctions du Canada. Il rejoint, au sein de l’Ordre du Canada, de nombreuses autres personnalités récompensées pour leur œuvre et leur contribution à ce pays.

SERVICES ABOUT US AD RATES MEDIA KIT CONTACT US PLACE an AD OLD ISSUES OUR ADVERTISERS
Directeur de Publication - Publisher: Dessalines Ferdinand
Online Edition Home Haïti-Politique Culture Sports Actu Communautaires Editorial Haitian News


Miami: les Haïtiens réclament Justice pour Trayvon Martin

LITTLE HAITI -- Ils étaient plusieurs centaines d'Haïtiens à se rassembler l'après-midi du mercredi 27 mars écoulé, au coin de la 62è rue et North Miami Avenue, devant la statue de Toussaint Louverture, dans le quartier de Little Haiti, pour réclamer Justice pour Trayvon Martin, un adolescent noir de 17 ans, abattu d'une balle au coeur le 26 février 2012 par George Zimmerman, 28 ans, un Hispanique blanc, souscripteur en assurances et collégien, lors d'une ronde de surveillance de son quartier de Sanford, centre de Floride.

Ce rassemblement était l'occasion pour les membres de la Communauté haïtienne de Maimi de se solidariser avec la communauté afro-américaine, particulièrement les parents de la victime, affligés par cette cruelle perte, et aussi d'élever leur voix pour demander l'arrestation immédiate du vigile.

Trayvon a été assassiné par le bénévole George Zimmermam parce qu'il était noir et portait un hoodie (une veste à capuche rabattue sur la tête ). L'individu en question a été remis en liberté après avoir invoqué la légitime défense en accord avec la loi "Stand your ground", ("Défendez-vous"), votée en 2005, qui s'étend aux cas de violation de domicile.

"Justice pour Trayvon Martin", "Arrêtez George Zimmerman tout de suite", "Je suis Trayvon, suis-je le prochain ?", " Pas de justice, pas de paix ", pouvait-on lire, entre autres, sur de nombreuses pancartes et banderoles brandies par les manifestants.

"Nous sommes Trayvon Martin", scandaient-ils tout en agitant de petits drapeaux haïtiens et américains.

"Que voulons-nous?" hurla une voix dans un mégaphone.

"Justice!" répondirent les centaines de manifestants.

"Quand le voulons-nous?"

"Maintenant!" scandèrent-ils.

Les principaux intervenants ont pris la parole pour exprimer leur indignation face à ce qu'ils qualifient comme étant un crime raciste. Ils demandent que Justice soit faite à la victime. Certains d'entre eux ont été salués par une standing ovation lorsqu'ils ont réclamé l'arrestation immédiate de George Zimmerman qui dit avoir agi en état d'autodéfense lorsqu'il a ouvert le feu.

« Je n'abandonnerai jamais, jamais, jamais, jusqu'à ce que justice soit faite », a dit Ronald Sulton, oncle de la jeune victime qui résidait dans la ville de Miami Gardens.

« Nous sommes réunis aujourd'hui pour mener la lutte aux côtés de nos frères noirs-américains et obtenir justice pour le jeune Trayvon qui est notre fils à tous », a lancé à la foule des protestataires l'activiste Marleine Bastien, Directrice du centre communautaite Fanm Ayisyen Nan Miami (FANM).

« Trayvon n'habitait pas le quartier de Little Haïti et était un étranger pour de nombreuses personnes dans la foule. Mais cela n'a pas d'importance. Il était l'un d'entre nous. C'est un acte qui doit préocuper n'importe quel parent », a-t-elle ajouté.

« Si c'était Trayvon qui avait tiré sur Zimmerman, il serait déjà en prison. Nous demandons l'arrestation du tueur, l'abrogation de la loi "Stand your ground" et que cette affaire arrive devant la cour suprême s'il le faut », a fulminé la militante.

L'avocat Richard Champagne, un des membres du comité organisateur du rassemblement, enchaîne pour dire: « Quand les gens noirs marchent dans les rues, la police ne fait pas de distinction entre les Haïtiens, les Jamaïcains et les Afro-Américains. Aujourd'hui, c'est un voisin qui est touché. Qui sait si demain ce ne sera pas un de nos jeunes qui sera tué pareillement? », s'est-il interrogé.

Pour sa part, le Dr. Smith Joseph, un autre membre du comité, a aussi demandé l'arrestation immediate de Zimmerman pour crime contre un adolescent noir. « Il est temps pour qu'on cesse de jouer avec les Noirs aux Etats-Unis », s'est-il emporté.

« Il est question de Justice pour tout le monde, peu importe la couleur de sa peau. Nous manifesterons jusqu'à ce que Zimmerman soit arrêté », a déclaré le cinquentenaire Lucien Rozier, tenant entre ses mains une pancarte rouge et blanc avec l'écriture "Haïtiens pour Trayvon Martin".

Les protestataires, rassemblés à l'initiative de Concerned Haitian American Citizens (CHAC) [ Citoyens haitien-américains concernés ], qui regroupe des leaders communautaires, activistes et politiciens haitiano-américains, ont marché en direction sud vers la 54è rue avant de faire un demi tour pour retourner devant la statue de Toussaint Louverture (héros de l'indépendance d'Haïti) à la 62è rue. La tribune érigée en la circonstance a été dominée par une banderole "Haitians for Trayvon. Justice = Liberty = Peace. (Haïtiens pour Trayvon. Justice = Liberté = paix), et une photo de la victime.

Certains protestataires arboraient des t-shirts à l'effigie de la victime, retrouvée un paquet de bonbons et un thé glacé à la main, d'autres un "hoodie" (une veste à capuche rabattue sur la tête ) semblable à celui que portait Trayvon Martin quand il a été abattu par le vigile. Ils ont défilé dans les rues du quartier de Little Haiti avec des paquets de Skittles et du Iced Tea à la main.

Le candidat à la députation au congrès américain Dr. Rudolphe Moïse, les councilmen Phillipe Desrose et Frantz Pierre (North Miami Beach), l'ancien député Phillip Brutus et la députée Daphnée Campbell, et bien d'autres personnalités haitiano-américaines ont pris part à la manif.

Dr. Smith Joseph, Marc Edner "Nènè" Jeudy, Me. Richard Champagne, et Anis A. Blemus, tous membres de l'organisation Concerned Haitian American Citizens, se sont montrés très satisfaits du nombre de personnes ayant répondu à leur appel pour faire de ce rassemblement, selon eux, une réussite.

« Cette manifestation est la preuve que sommes capables de nous unir pour faire avancer les bonnes causes », a dit l'animateur à la radio "Nènè" Jeudi.

Le Floridien

Mis à jour le 4 avril 2012

Retour à la page d'Acceuil
[ HOME ]





Home


Home



Home



Home






Toute reproduction du contenu de ce site ou de ces éléments graphiques quels qu'ils soient sans
autorisation expresse de "LE FLORIDIEN" est formellement interdite.

____________________________________________________________________
Ce site est progressivement mis a jour / This site is progressively updated.
______________________________________________________________________

© 2001 Le Floridien. All rights reserved.

To contact us please call (305)-610-7481
Thanks for visiting Le Floridien Newspaper.