Un éminent pédiatre et cardiologue d’origine haïtienne, le Dr Jean Claude Fouron, reçoit l’une des plus hautes distinctions du Canada. Il rejoint, au sein de l’Ordre du Canada, de nombreuses autres personnalités récompensées pour leur œuvre et leur contribution à ce pays.

SERVICES ABOUT US AD RATES MEDIA KIT CONTACT US PLACE an AD OLD ISSUES OUR ADVERTISERS
Directeur de Publication - Publisher: Dessalines Ferdinand
Online Edition Home Haïti-Politique Culture Sports Actu Communautaires Editorial Haitian News


Duvalier serait jugé, mais pas pour des crimes contre l'humanité

Haïti -- L'ancien président haïtien Jean-Claude Duvalier doit faire face à des accusations de détournement de fonds, a recommandé un juge haïtien le lundi 30 janvier, balayant toutefois les plaintes pour crimes contre l'humanité déposées par d'anciens opposants à "Bébé Doc", qui a regagné Haïti il y a un an après 25 années d'exil en France.

Le délai de prescription s'est écoulé concernant les violations des droits de la personne survenues alors que Jean-Claude Duvalier présidait aux destinées de la Première République Noire du Nouveau Monde de 1971 à 1986, a fait valoir le juge d'instruction Carvès Jean.

Plus de 20 présumées victimes ont porté plainte depuis le retour d'exil de Jean-Claude Duvalier. L'ancien joueur de soccer Robert Duval est du nombre. Il affirme avoir été battu et privé de nourriture pendant ses 17 mois de détention dans l'enfer de la prison de Fort Dimanche.

M. Duval a dit avoir été stupéfait lorsqu'il a été prévenu de la décision du juge. "Je ne comprends pas comment il a pu faire ça", a-t-il déclaré à l'occasion d'une entrevue téléphonique à l'Associated Press. "Si c'est le cas, c'est une décision scandaleuse", a-t-il ajouté. M. Duval ne savait pas s'il la porterait en appel.

La Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) s'est montrée favorable à ce que le "dossier Jean-Claude Duvalier" aboutisse à un procès, mais des ambassades occidentales à Port-au-Prince, dont celle des États-Unis, ont plutôt fait valoir que la décision revenait au gouvernement haïtien.

De son côté, le président Michel Martelly a envoyé des signaux contradictoires au cours des derniers mois. Par exemple, il a indiqué la semaine dernière que Jean-Claude Duvalier pourrait obtenir un pardon afin de mettre un terme aux luttes internes qui minent le pays depuis longtemps avant de se rétracter le lendemain. "Un pardon pour M. Duvalier n'est pas au calendrier", a confirmé un de ses conseillers.

Human Rights Watch (HRW) a réclamé hier (mardi 31 janvier) que la décision du juge soit portée en appel. "Ceux qui ont été torturés sous le régime Duvalier, ceux dont des proches ont été tués ou ont simplement disparu méritent mieux que cela", a affirmé Reed Brody de HRW, par courriel. "Ce jugement buté doit être renversé pour que les Haïtiens puissent croire que leur système judiciaire peut enquêter sur les crimes les plus sordides."

De son côté, Amnistie internationale avait présenté en septembre dernier un rapport appelant les autorités haïtiennes à juger M. Duvalier pour des violations commises sous son régime. "Il existe suffisamment d'éléments permettant de poursuivre en justice Jean-Claude Duvalier pour les nombreux cas de détention arbitraire, de torture, de mort en détention, d'homicide et de disparition qui ont eu lieu sous son régime et dont certains s'apparentent à des crimes contre l'humanité", avait déclaré le conseiller spécial de l'ONG Javier Zunica.

Détournement de fonds

Jean-Claude Duvalier âgé de 60 ans ne risquerait pas plus de cinq ans d'emprisonnement s'il est reconnu coupable de détournement de fonds. "Nous allons faire appel de cette décision, car M. Duvalier a été déjà jugé à trois reprises pour détournement de fonds en Haïti, en France et en Suisse", a fait savoir un des avocats de "Baby Doc", Me Frizto Canton, contacté par l'AFP. Me Canton a souligné que son client, actuellement soumis à une assignation à résidence lui interdisant de quitter Port-au-Prince, "ne peut pas être rejugé pour les mêmes faits qui sont prescrits".

L'ancien homme fort d'Haïti ne souhaite pas réagir "pour le moment", a indiqué mardi sous le couvert de l'anonymat un de ses proches à l'AFP, ajoutant que M. Duvalier avait déclaré: "Je ne peux pas réagir tant que la décision du juge n'est pas officiellement signifiée."

Plus de 100 millions de dollars ont été détournés sous le couvert d'oeuvres sociales avant la chute du dictateur, qui avait succédé en 1971 à "Papa Doc", François Duvalier, selon la République d'Haïti.

Le gouvernement suisse avait annoncé en mai avoir ouvert une action en confiscation des avoirs de l'ex-président bloqués en Suisse depuis 25 ans, afin de les restituer à Haïti. Le montant de ces avoirs confisqués avoisine les 7 millions de dollars.

Haïti compte un système judiciaire chancelant, avec peu de causes menées à terme même dans des cas simples de criminalité, et le gouvernement est surtout préoccupé par la reconstruction du pays ravagé par un séisme en janvier 2010.

Les Duvalier ont régné sur Haïti pendant 28 ans et 5 mois. François Duvalier, surnommé Papa Doc, a été au pouvoir de 1957 à 1971. À sa mort, en avril 1971, son fils Jean-Claude est nommé président à vie. Il régnera plus longtemps que son père, soit de 1971 à 1986.

La dictature de Jean-Claude Duvalier a été marquée par une multiplication des atteintes aux droits de la personne. Le régime Duvalier fils a été responsable de la torture et de la mort de nombreux opposants politiques. Un climat de terreur, entretenu par sa police secrète, les tontons macoutes, régnait à Haïti.

Dans les années 1980, le régime Duvalier fait l'objet de plus en plus de contestation. Les Haïtiens demandent plus de démocratie : des manifestations et des émeutes éclatent. En janvier 1986, devant la révolte populaire, Jean-Claude Duvalier instaure la loi martiale et multiplie les arrestations.

La situation se détériore : le 7 février 1986, sous pression de la France et des États-Unis, Jean-Claude Duvalier, des membres de sa famille et des personnes de son entourage s'exilent. Ils quittent Haïti dans un avion militaire américain et se réfugient en France. Jean-Claude Duvalier ne devait rester en France que quelques jours, en transit; il y restera finalement 25 ans. En Haïti, la nouvelle entraîne des célébrations de joie et des violences. La tombe de François Duvalier est pillée, des tontons macoutes sont battus et tués.

En 2007, sur les ondes d'une radio d'Haïti, Jean-Claude Duvalier a demandé pardon au peuple haïtien pour les erreurs commises pendant son règne.

Avec l'Agence-France Presse et l'Associated Press

Mis à jour le 3 février 2012

Retour à la page d'Acceuil
[ HOME ]





Home


Home



Home



Home






Toute reproduction du contenu de ce site ou de ces éléments graphiques quels qu'ils soient sans
autorisation expresse de "LE FLORIDIEN" est formellement interdite.

____________________________________________________________________
Ce site est progressivement mis a jour / This site is progressively updated.
______________________________________________________________________

© 2001 Le Floridien. All rights reserved.

To contact us please call (305)-610-7481
Thanks for visiting Le Floridien Newspaper.